Toujours plus de vols low cost à Saint-Exupéry

Publié le par ARDSL

En dépit d’une année écoulée difficile, les aéroports lyonnais enregistrent des résultats satisfaisants

Huit millions de passagers, ou presque

Le directoire des aéroports de Lyon se montre satisfait. En dépit des caprices du volcan islandais (trois jours de fermeture pour Saint-Exupéry), de la période neigeuse, des différents conflits sociaux, sans oublier les suites de la crise, l’année 2010 s’est révélée plutôt profitable. En effet, la barre des huit millions de passagers par an est pratiquement atteinte, soit une augmentation du trafic passager de 3,4% par rapport à 2009.

Le low cost, moteur de la croissance

Une fois encore en 2010, le trafic low cost reste le moteur de cette croissance et représente désormais 19% du trafic total de Saint-Exupéry. Grâce à lui et notamment à la compagnie easyJet, huit lignes ont été créées l’année dernière.

Malgré le recul de l’activité d’Air-France, le trafic traditionnel se développe lui aussi (+14%) par rapport à 2009.

Se désendetter pour mieux investir

Témoin de la bonne santé des aéroports de Lyon, le chiffre d’affaires de la société a lui aussi progressé de 6,5 %. L’augmentation du trafic, la taille des avions (un peu moins nombreux mais plus gros) et surtout l’évolution positive du trafic international participent à cette amélioration des comptes grâce aux redevances qu’elles génèrent.

Mieux, ces dernières années, les aéroports de Lyon ont réussi à ramener leur dette à un niveau comparable à celui de leurs principaux concurrents. Du coup, il est question d’investir.

Un nouveau terminal à la fin de l’année

Ainsi, en 2011, la société engagera quelque 38 millions d’euros de travaux. Au programme, la fin des travaux du terminal T3, lequel est dédié au low cost, qui devrait entrer en service vers la fin de cette année. Autre grand chantier, la refonte des commerces installés dans l’aéroport. En 2012, le programme d’investissement devrait concerner la réorganisation du système de gestion des pistes, ce qui pourrait permettre une augmentation sensible du trafic. Vingt millions d’euros seront consacrés à cette opération.

Enfin, le fret n’est pas oublié, puisqu’il est décidé d’aménager un nouvel accès (par le sud) à la zone de l’aéroport dédiée à cette activité.

De nouvelles lignes

D’ici à l’été 2011, on dénombrera au total neuf ouvertures nouvelles de lignes régulières, vers Agadir, Berlin, Brest, Le Havre, Milan, Nice, Palma de Majorque, Prague et Erevan.

Source : Le Progrès (édition du 31 mars)

Publié dans Aérien

Commenter cet article