Suisse : les voyageurs prennent de la hauteur, les prix aussi

Publié le par ARDSL (avec tsr.ch)

Amélioration des cadences et globalement plus de confort, mais des tarifs à la hausse. Si les promesses matérielles des CFF sont impatiemment attendues, les moyens évoqués pour les financer sont nettement moins bien accueillis par les voyageurs, sans cesse plus nombreux. Panorama des bouleversements.

Vingt milliards de francs, c'est ce que les CFF ont maintes fois annoncé devoir investir dans des véhicules neufs ou rénovés d'ici 2030. Dès lors, les nombreuses annonces de hausse des tarifs des différents billets de train rendent aujourd'hui les voyageurs particulièrement attentifs aux innovations promises par l'ex-régie fédérale. Un contrôle du retour sur investissement, en quelque sorte.

Le nouvel horaire CFF - introduit le 12 décembre 2010 - s'est surtout distingué par l'amélioration des cadences horaires et plusieurs diminutions des temps de parcours. Pas de grands bouleversements à signaler. Du moins, rien qui ne puisse fondamentalement améliorer le confort des usagers pris dans la tourmente des axes saturés, tel l'inamovible Lausanne-Genève, dans l'oeil du cyclone depuis bientôt deux décennies.

Le règne des "deux étages"

Ces prochaines années, des nouveautés devraient toutefois drastiquement changer la donne, avec en premier lieu l'introduction des rames issues du "contrat du siècle". Signée le 12 mai 2010 avec l'entreprise canadienne Bombardier, qui est installée à Villeneuve, la commande de 59 rames à deux niveaux pour un total de près de 2 milliards de francs va permettre l'introduction d'un nouveau matériel dès 2013. Les CFF promettent déjà monts et merveilles, avec une amélioration de la ponctualité et du confort. Les voyageurs constamment fâchés par des retards ou des banquettes trop rigides n'ont qu'à bien se tenir.

Ne nous arrêtons pas en si bon chemin. Des fuites autour du prochain horaire "Romandie 2013" laissent entrevoir une intensification des liaisons entre Lausanne et Genève (six au lieu de cinq) et des gains de temps de quelques minutes sur plusieurs lignes. Dans ce projet de nouvel horaire, il apparaît aussi que les rames à deux étages auront encore une fois leur mot à dire, puisque 24 nouveaux RegioExpress essaimeront les tronçons nationaux, dont 13 pour le seul Lausanne-Genève. Leur lancement est prévu pour la fin 2012.

Mais si ces trains à deux niveaux semblent être une cible de choix pour la direction des CFF, ce matériel ne peut pas encore circuler partout. Une exemple: en raison de ses tunnels et ponts inadaptés, la ligne du Simplon ne peut en effet pas les accueillir. Les CFF promettent néanmoins que cette ligne sera progressivement adaptée et qu'en 2020, les "deux étages" pourront pointer leur nez à Brigue.

Des trains branchés

Les nouvelles technologies qui accompagnent les usagers des transports publics semblent au coeur des préoccupations des chemins de fers fédéraux. Il faut dire que nombre de pendulaires optimisent le temps consacré au trajet domicile-travail pour déjà plancher sur un ordinateur portable, un smartphone ou une tablette tactile. Toutefois, la pratique nécessite dans bien des situations une connexion internet.

Or, les voyageurs suisses auront bientôt plus de chances de surfer dans le train sans être interrompus par une coupure de réseau. Des négociations entre Swisscom, Orange, Sunrise et les CFF ont abouti pour équiper les quelque 1200 voitures des CFF d’antennes capables de transmettre le signal de 3e génération.

Des progrès sont déjà promis à la fin 2011 sur plusieurs lignes, notamment le tronçon Genève-Lausanne. Mais l'effet de ces équipements se constatera pleinement en 2014. Et comme l'internet se montre gourmand en énergie, signalons aussi la généralisation progressive des prises de courant auprès de voyageurs.

Les gares font peau neuve

Les CFF ont aussi prévu d'investir 500 millions de francs entre 2011 et 2016 pour la rénovation de gares. Il s'agit de les rendre adaptées à la hausse du nombre de voyageurs et de développer les surfaces commerciales, puisque ces dernières ont payé 300 millions de francs de loyer en 2009.

La gare de Genève Cornavin en est actuellement à la refonte de son aile ouest depuis janvier 2010. Suivra, dès l'été 2011, une deuxième phase qui comprend le maintien de la façade historique et la reconstruction du bâtiment intérieur. De nouveaux espaces et volumes seront créés pour le confort des voyageurs et usagers de la gare Cornavin. D'ailleurs, d'ici 2015, les CFF vont la doter d'un Lounge CFF. Il s'agit d'un espace détente pour voyageurs première classe. Celui de Zurich, ouvert en 2009, a accueilli jusqu'ici 250 000 personnes, raison pour laquelle les "first" sont toujours aussi chouchoutés. et il n'y a qu'à voir la composition des rames pour se rendre compte que les wagons des première classe sont très loin d'être vides.

Enfin pour en revenir aux gares, le principal noeud ferroviaire romand de Lausanne est lui aussi concerné par un projet qui lui permettrait d'absorber la très forte explosion des flux de trains et voyageurs. Ce projet contient ainsi le passage de deux à quatre passages sous-voie ainsi que l'allongement des quais.

Un ticket plus cher, mais désiré

Les discussions vont bon train sur comment assurer le financement des infrastructures et maintes pistes ont été évoquées dans les médias par le Conseil fédéral ou la direction des CFF. Il n'y a toutefois, au stade actuel, que des conjectures et une seule certitude: les prix vont grimper. 3% par année, 10% d'ici 2017, ou une hausse au prix réel de 50% pour l'usager (si l'on tient compte d'autres mesures qui font que les exemptions seront moins élevées), les chiffres divergent mais il est acquis que le porte-monnaie du pendulaire participera au financement des infrastructures.

A ce propos - et lors de la présentation de leur bilan 2010 - les CFF ont relancé la charge mercredi sur les tarifs différenciés, qu'ils avaient déjà lancée en précisant que les trains n'étaient pas tous d'une même qualité. "Les bases politiques pourraient être fixées d'ici deux ans" pour permettre de demander des tarifs différents en fonction de la rapidité et du confort des trains, selon le directeur Andreas Meyer.

L'ex-régie n'a par contre pas encore reformulé son souhait de frapper le trafic pendulaire d'une surtaxe, afin de désengorger le trafic aux heures de pointe. La surtaxe pourrait se transformer en contrainte pour décourager les seniors à ne pas voyager lorsque les trains sont bondés. Andreas Meyer, dans Le Matin Dimanche, avait ainsi formulé l'idée de n'accorder le rabais AVS qu'à partir de 9h.

Les CFF envisagent enfin de ne plus vendre leurs titres de transport dans le train. Le non-achat de billets représente chaque année quelques dizaines de millions de francs de manque à gagner, avait expliqué un porte-parole des CFF. Reste pour solution : l'achat de billet à l'avance sur internet ou directement par le biais d'une application sur un smartphone (Iphone, Android, ou encore les smartphones compatibles avec Java).

En résumé

  • 59 rames Intercity à deux étages vont entrer en fonction en Suisse, progressivement, dès 2013.
  • 13 RegioExpress - pour la ligne Lausanne-Genève - seront sur les rails à partir de fin 2012
  • Les trains seront équipés progressivement pour émettre le réseau mobile de 3e génération.
  • 500 millions de francs seront investis dans les gares. Genève Cornavin est en travaux et un vaste projet concerne Lausanne.
  • Selon les versions, les titres de transport vont augmenter de 3% par année, de 10% d'ici 2017, voire de 50% en prix réels.
  • Les CFF réfléchissent à introduire des tarifs différenciés (en fonction des catégories de train ou même de population).
  • L'ex-régie évalue la possibilité d'arrêter la vente de tickets par les contrôleurs.

Publié dans Suisse

Commenter cet article