En attendant le CEVA

Publié le par ARDSL

En attendant le CEVA | Liens en relation avec l'article : Sécurité du CEVA: l’Etat et les CFF désavoués M.M./M.P. |

 

27.04.2011 | 21:15 U C’est le Godot genevois.

 

Le chantier du CEVA n’a toujours pas débuté, faute d’autorisation de construire en force. Délivrée en mai 2008, celle-ci s’est heurtée à une soixantaine de recours au Tribunal administratif fédéral (TAF). Il n’en reste plus que 22. L’écueil politique est levé depuis le vote genevois de novembre 2009, à 61%, pour les crédits additionnels du CEVA. Tout dépend donc du TAF, dont le verdict, espéré pour avril, est désormais prévu pour juin. La juge écrit ses conclusions après des auditions personnelles et des visites sur le site.

 

Le récent arrêt du TAF est-il de mauvais augure pour cette prochaine décision, cruciale? Pas sûr! Le premier touche la réglementation des marchés publics. La seconde se fondera surtout sur la législation environnementale. Côté français, c’est le financement qui peine toujours à être bouclé. Cent millions d’euros (soit 130 millions de francs) manquent à l’appel. Sur cette somme, 75 millions répondent à l’actualisation de l’euro.

 

Les 25 millions restants sont dus à des aménagements techniques supplémentaires. «Il devient urgent de faire un tour de table, estime pour sa part Christian Dupessey, maire d’Annemasse et conseiller régional. Si la situation juridique se débloque en Suisse, on doit être prêt de notre côté.» Annemasse-Agglomération, la Région et le Conseil général de Haute-Savoie se sont engagés à actualiser leur participation. Reste donc l’Etat et Réseau ferré de France. Le préfet de région Jean-François Carenco devrait réunir d’ici peu tous ces acteurs.

 

Commentaire de l'ARDSL : pourquoi aucun des partenaires ne demande un financement européen au titre de projet transfrontalier ? L'Europe pourrait financer 30% de l'infrastructure entre Annemasse et les Eaux Vives.

Publié dans CEVA

Commenter cet article